Retour du redoublement : «Une perte de temps et d’énergie» ou une réussite de tous nos enfants!

| 3 décembre 2017 | 2 Commentaires

Le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, a annoncé la fin de la quasi-interdiction de redoubler.

Comment nous parents devons  accueillir – cette annonce du ministre de l’Education nationale ?

Mais revenons comme cela se passe aujourd’hui.

1. Une efficacité jamais prouvée et un coût élevé

  • En France, le redoublement était une pratique bien installée. A 15 ans, 38% des élèves français avaient redoublé au moins une fois. En Finlande, en Suède ou au Royaume-Uni, moins de 5% des élèves redoublent… Or les petits Français n’ont pas pour autant de meilleurs résultats scolaires que leurs voisins.
  • Le redoublement a aussi un coût, près de 2 milliards par an.

2. Redoublement en CP : les enfants progressent moins

En 2014, Thierry Troncin, docteur en sciences de l’éducation à l’IUFM de Bourgogne a comparé cent élèves ayant redoublé leur CP à cent élèves de même niveau scolaire, mais qui avaient été admis en CE1.

  • Premier constat ? Ceux qu’on a laissés passer en CE1, malgré leur faible niveau, avaient maintenu leurs acquis pendant les vacances d’été. Les “redoublants” ont eux, perdu une partie de leurs acquis.
  • Deuxième constat ? Un an plus tard, dans neuf cas sur dix, ceux qui étaient passés en CE1 avaient beaucoup plus progressé que les redoublants.

3. Le redoublement psychologiquement douloureux

  • “Les autres avancent et moi je fais du sur place” pense l’enfant qui redouble. A une époque où dès le CP la pression scolaire est forte, et forcément ressentie par les enfants, le redoublement est un coup porté à l’estime de soi. Il renvoie l’enfant à un sentiment d’échec cuisant, doublé du sentiment de ne pas pouvoir satisfaire l’attente de ses parents. De quoi vraiment se sentir “nul”, et être tenté de baisser les bras et de se résigner à ce statut de mauvais élève.

4. Un enfant risque d’être étiqueté redoublant durant toute sa scolarité

  • A l’école, le regard des autres sur l’enfant change aussi. Celui des autres élèves bien-sûr (les enfants ne sont souvent pas tendres entre eux) et celui des enseignants également. Pour les autres, le redoublant est souvent “celui qui ne comprend pas bien qui est lent…”. L’enfant qui redouble vit évidemment cela comme une agression, à laquelle il peut répondre soit en étant complètement inhibé, soit en se construisant un personnage dans le registre de la bravade et de la provocation.

5. Un accompagnement spécifique est préférable

  • Le problème du redoublement est qu’il propose aux élèves de recommencer à l’identique son année scolaire. Or un enfant qui a eu des difficultés a surtout besoin que certaines notions soient abordées différemment ou plus longuement pour être bien assimilées. Sans répéter celles qu’il a déjà acquises. Il vaut donc mieux demander à l’enseignant de son enfant un programme de lecture, de calcul, de travail personnel à faire durant les vacances par exemple.

Dans quel cas le redoublement est-il accordé aujourd’hui ?

Il est accordé sous deux conditions : si la famille de l’élève demand ce redoublement et à condition qu’elle justifie cette demande (problèmes de santé ayant causé une rupture des apprentissages, déménagement…).

Que préconisons nous  à la place du redoublement ?

Il faut repérer le public fragile et vulnérable et consacrer plus de temps à l’apprentissage sur les lacunes. Ça passe par une amélioration de la formation des enseignants et par un renforcement de leur formation continue. Il faut aussi redonner les moyens de fonctionner aux Rased (réseaux d’aide spécialisées aux élèves en difficulté), qui ont souffert ces dernières années.

Un sujet qui ne fera pas l’ unanimité dans la communauté Éducative, nous devons tous travailler ensemble pour la réussite de tous nos enfants

Catégorie: Activités Nationales

A propos de l'auteur :

Commentaires (2)

URL de Trackback | Flux RSS des commentaires

  1. laurent jolly dit :

    Le doublement d’une classe était devenu exceptionel, la principal raison en était l’organisation par cycle de trois ans :chaque élève a son rythme propre d’apprentissage et cela lui laissait, ainsi qu’aux enseignants, trois ans pour acquérir le socle commun de connaissance. Le doublement est donc une absurdité dans ce schéma, et ne servira qu’a « gérer » les flux d’élèves.

Laisser un commentaire

De la maternelle au lycée

  • Archives:

  • Categories:

  • Tags:

Pétitions

Non à la fermeture de classe aux Longues Rayes à Eragny-sur-Oise

  Nous, les parents d’élèves et les futurs parents de l’école primaire Les Longues Rayes à Eragny-sur-Oise, nous signons cette pétition pour dire «  NON à la fermeture de classe aux Longues Rayes ». Non à la dégradation continue des conditions d’accueil et d’apprentissage de nos enfants à l’école primaire. Chaque enfant a droit à […]
| 22 septembre 2016 | 0 Commentaire

Lycée de Gonesse : « les effectifs sont ingérables pour les professeurs et les élèves »

Nous, parents, professeurs et personnels du lycée René Cassin de Gonesse (95), sommes en lutte depuis juin etl ‘ équipe pédagogique  en grève depuis le vendredi 2 septembre pour dénoncer les classes surchargées, en cette rentrée 2016-2017 : – toutes les classes de secondes entre 34 et 35 élèves ! – de nombreuses classes de première et […]
| 6 septembre 2016 | 0 Commentaire

Les parents d’élèves appellent les députés à voter l’accès à la cantine pour tous les enfants !

    La FCPE rappelle inlassablement que certains enfants arrivent à l’école en ayant faim, la cantine est souvent le seul vrai repas qu’ils font dans la journée. Le rapport « Grande pauvreté et réussite scolaire » l’a démontré, ces situations ne sont pas isolées et elles ont également un impact sur la réussite des […]
| 11 juin 2016 | 0 Commentaire

Video